Anesthésie


L’anesthésie générale

Elle provoque chez les patients un état comparable au sommeil profond. Elle est produite par l’injection de médicament par voie intra veineuse ou par la respiration de vapeurs anesthésiques. Cet état est maintenu pendant toute l’intervention. Pour certaines interventions simples et de courte durée, une respiration spontanée est conservée. Les médicaments anesthésiques peuvent diminuer ou supprimer la respiration, ce qui nécessite souvent d’avoir recours à des moyens supplémentaires :
  • Soit un masque laryngé posé dans la gorge,
  • Soit une sonde d’intubation introduite dans la trachée
Une fois l’intervention terminée, l’administration d’anesthésiques est interrompue et le patient se réveille comme sorti d’un sommeil profond.



L’anesthésie locorégionale

L’anesthésie locorégionale permet, par différentes techniques, de n’endormir que la partie du corps sur laquelle se déroulera l’opération. Son principe est de bloquer les nerfs de cette région en injectant à leur proximité un anesthésique locale.
  • La rachi anesthésie et l’anesthésie péridurale sont 2 formes particulières d’anesthésie locorégionale, où le produit est injecté à proximité de la moelle épinière et des nerfs qui naissent de celle-ci.
  • Le bloc tronculaire permet d’anesthésier un membre supérieur ou membre inférieur en totalité ou partiellement
Certains actes très peu douloureux (comme des actes d’endoscopies ou radiologiques) ne nécessitent pas une veritable anesthésie générale, mais simplement une sédation (perte de connaissance légère et temporaire)/ Cette technique est appelée diazanalgésie et nécessite les mêmes précautions qu’une anesthésie générale. 
 

Médecins

BELHOULA Mondher
CLOIX Catherine
DABABI Maher
SALHI Mohamed
Prendre un rendez-vous
Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez les cookies.